The Way un film avec Martin Sheen

The Way, un bien joli film sur le camino

Profitant de l’accalmie habituelle du début juillet sur le chemin, je me suis allongé hier soir sur mon canapé pour voir le film « The way » (Le chemin). Sorti en 2010 en Espagne, puis en 2011 aux Etats-unis, ce film particulier a rencontré un très bon accueil auprès du public et sa sortie en France est annoncée pour le 25 septembre 2013.

The Way un film avec Martin Sheen

Le scénario :

Tom Avery (Martin Sheen) est un ophtalmologiste américain dont le confort de la vie quotidienne va brusquement basculer lorsqu’il apprend le décès de son fils par la gendarmerie de St-Jean-pied-de-port.
Il se rend alors en France pour comprendre les circonstance de son décès, reconnaitre le corps et organiser son rapatriement.
Daniel était parti la veille en pèlerinage sur le Camino de Santiago lorsqu’il a été pris par une terrible tempête. Arrivé sur place, Tom sera appelé malgré lui par le camino… un cheminement de 800 km, pour lui, pour son fils. Une étrange façon pour ce fils, même mort de guider sont père à travers ses souvenirs et ses questionnements, vers une meilleure compréhension de ce qu’il était, de ce qui le motivait.
Il rencontre notamment trois autres pèlerins aux personnalités bien différentes qui vont alors l’accompagner dans cette aventure, chacun avec une motivation particulière et leurs propres blessures…

Le film :

The Way, c’est d’abord la collaboration entre un père et son fils. Réalisé par Emilio Estevez avec dans le rôle principal Martin Sheen (de son vrai nom Ramon Estevez) le film a été tourné en seulement 40 jours avec une équipe et un budget réduit. Pour les besoins du film, les acteurs ont effectué entre 300 et 350 kilomètres sur le chemin espagnol.
Le film n’a pas bénéficié d’un plan marketing digne d’un blockbuster, mais bouche à oreille aidant, il a finalement rencontré son public.

The Way -Film sur le chemin de compostelle

Anecdoctes du film :

  • Emilio Estevez s’est inspiré de faits personnels. Son propre fils Taylor, alors qu’il faisait le chemin avec son grand-père Martin Sheen est tombé amoureux et s’est définitivement installé en Espagne à Burgos.
  • Pourquoi y a-t-il un drapeau japonnais sur le sac de Tom ? C’est pour refléter les nombreux voyages que son fils Daniel a effectué à travers le monde.
  • Les scènes tournées à l’intérieur de la célèbre cathédrale de Santiago de Compostelle a faillit ne jamais exister. L’équipe ayant reçu l’autorisation seulement 48 heures avant le tournage des scènes, qu’ils jugeaient essentielle pour le film.

Ce que j’ai pensé du film

Je dois le dire, mais j’ai beaucoup aimé ce film. Pas un seul instant, pendant les deux heures qu’il dure, je ne me suis ennuyé. Le rythme est adapté au cheminement, ni trop lent ni trop rapide. Le jeu des acteurs et notamment celui de Martin Sheen est convainquant et on se laisse facilement prendre par la sincérité des personnages. Les images sont très belles, la musique les accompagne parfaitement, on a parfois l’impression de faire le pèlerinage avec eux.
The Way, c’est aussi un film dramatique, remplit d’humanité qui tente de montrer les questionnements intérieurs de ceux qui marchent sur le chemin. C’est aussi une histoire qui pose des questions essentielles : Qu’est ce qu’un vrai pèlerin ? Pourquoi cheminons nous ? Qu’y a t-il après le chemin ?
S’il soulève ces questions, il n’y apporte aucune réponse et c’est plutôt bien, puisqu’en la matière il n’y a pas d’universalité dans la façon de chacun d’appréhender le chemin.

L’exercice n’était pas simple et au final c’est plutôt réussit… Même si d’inévitables clichés viennent ponctuer l’histoire, à aucun moment, le film ne verse jamais dans le prosélytisme religieux ou l’apologie de la foi chrétienne. Les quatre principaux protagonistes sont bien dans une démarche spirituelle individuelle.

Par contre je pense que ce film touchera beaucoup plus facilement ceux qui connaissent le chemin, ceux qui l’ont fait ou ceux qui vont le faire. Peut être le grand public le trouvera t-il un peu ennuyeux, sans réel rebondissement, avec une histoire somme toute assez simple et cousue de fil blanc.
Mais c’est peut être aussi parce que le chemin de Compostelle est comme ça, un pas derrière l’autre vers un but propre à chacun que le film ne pouvait être autrement…

La bande annonce officielle :

Le film est maintenant disponible en DVD dans notre boutique en ligne.

Un article proposé par Benoit

Hébergeur depuis plus de 10 ans sur la voie du Puy, randonneur et passionné de nouvelles technologie

Comments:3

  1. Je fais partie du grand public et je dois dire que j’ai trouvé que c’était un très beau film, des paysages superbes et oui, comme vous, j’avais parfois l’impression de faire le voyage avec eux.
    Il n’y a pas de violence et ça fait du bien. Votre définition du film est parfaite. Ça dit tout! Ce film m’a assez touché par sa beauté des paysages, les textes qui disaient vrai et la sensibilité des personnages que je vais m’acheter le DVD pour le regarder ultérieurement et le conserver parmi mes films préférés.
    Merci de m’avoir lu.

  2. Excellent film. Sortie vraiment tardive en France.. A revoir, pour moi.
    Authentique ambiance d’automne ! Cadrage et prises de vues de qualité !(comme quoi la qualité n’est pas affaire de budget !) Le scénario est réussi, épuré et émouvant, sans tomber dans le mélodramatique. Très Crédible. Je retrouve l’alchimie du Chemin. Et très bonne interprétation des acteurs (même si je trouve le perso de « Jack » l’Irlandais un peu surjoué au départ, je l’adopte ensuite). Certaines mises en situation, à l’étape, un peu caricaturales mais en même temps on a tous des anecdotes différentes et certaines improbables ou gratinées !).
    Toujours encore plus envie de marcher dans ces paysages (en France aussi !) en allant au pas avec et vers les Hommes du Chemin des Etoiles !
    Buen futuro camino a ellos todos !

Laisser un commentaire