Source : hoyhumberto

Le sac à dos idéal, comment le préparer ?

Que prendre dans son sac à dos ?

L’objectif est de réduire au maximum le poids final du sac à dos. Dans l’idéal, il ne devrait pas excéder 10 à 12% de votre poids. Marcher léger, c’est l’assurance de pouvoir profiter avec sérénité de son chemin. Avec quelques petites astuces, vous devriez facilement atteindre cet objectif.

Source : hoyhumberto Source : hoyhumberto

A titre d’exemple, vous trouverez ci-dessous une liste des choses essentielles à emmener avec vous. Vous pouvez télécharger le fichier excel pour l’adapter à vos besoins. Les poids sont donnés à titre indicatif. Gardez à l’esprit une seule chose : Sur le chemin le poids du sac à dos est votre principal ennemi..

 Contenu Poids en grammes
1 sac à dos 1000
1 protège sac à dos 150
1 sac à rêves 400
1 paire de chaussure de détente 450
2 paires de chaussettes de sport 100
2 caleçons 150
2 tee shirts 300
1 pantalon de rando 450
1 polaire 350
1 poncho 250
1 veste en goretex 650
1 trousse de toilette 80
1 brosse à dents 20
1 rasoir à main 40
1 tube d’huile de rasage 90
1 dentifrice 150
1 shampoing douche 270
1 serviette de toilette 150
1 trousse à pharmacie 150
1 lampe frontale 100
1 credencial 20
1 guide randonnée  150
1 sac banane 250
Papier d’identité, carte bleue, chèques 100
1 téléphone + alimentation 150
1 Appareil photo + alimentation 350
1 stylo 20
1 couteau 50
1 briquet 20
1 paquet de kleenex 50
1 paire de lunettes de soleil 100
1 paire de chaussure de rando 900
1 paire de chaussette de rando 100
1 caleçon 80
1 pantalon de randonnée 450
1 ceinture 130
1 tee shirt 150
1 sweatshirt ou polaire 200
1 casquette 80
1 gourde ou camel bag 100
Total en grammes 8750
Télécharger le fichier xls pour votre propre sac à dos
ASTUCE 1…Optez pour un pantalon short, d’un coup de fermeture éclair vous pourrez enlever le bas et mettre vos mollets à l’air.
ASTUCE 2…Pour les voyageurs au long cours, ne prenez pas trop de vêtements, vous pourrez toujours remplacer ceux qui sont usés ou abîmés, en achetant des neufs sur le chemin.
ASTUCE 3…Un sac à « rêves » communément appelé « sac à viande » (mais c’est moins joli), c’est un sac de couchage léger qui vous permet de ne pas dormir à même les matelas. Optez pour de la soir, c’est un peu plus cher… mais tellement plus confortable
ASTUCE 4…Vous pouvez également prendre un savon 2 en 1 (shampoing-douche), ou si vous ne partez que quelques jours des mignonnettes d’hôtel.

Gardez toujours à l’esprit que le poids est votre principal ennemi.

Et si malgré tout ces conseils, vous avez encore un peu de mal à fermer votre sac, prenez exemple sur ce monsieur.

Et vous, qu’avez vous pris dans votre sac à dos ? Qu’avez vous laissé ou regretté d’avoir pris ?

Un article proposé par Benoit

Hébergeur depuis plus de 10 ans sur la voie du Puy, randonneur et passionné de nouvelles technologie

Comments:6

  1. Bonjour, j’ai bien apprécié ta liste, Benoît !
    Ma propre expérience n’a rien d’exceptionnel, mon sac à dos est toujours plus épuré (vu mon âge avançant, et mon poids): 6.5 kg maintenant, (sac+eau+nourriture du jour)
    (Je marche seule, accueil en refuge pèlerin, et je popotte mon souper au maximum).
    Je soumets ici quelques plus..ou moins..qui m’ont aidé à mieux vivre mon chemin et à alléger mon sac. N’y voyez aucune prétention ou critique surtout ! J’adooore faire mes listes…et je les modifie souvent. Et je bricole pas mal pour mon équipement.
    Préparer son sac, c’est déjà être en Chemin ! »
    Puis-je suggérer …

    – duvet..selon les accueils en Espagne ! (+10° et 400g suffisent)
    (je l’ai aussi utilisée autour du torse pour me tenir chaud comme une doudoune)
    – 2 sacs poubelle de 100 l qui garantissent (psychologique !) un bivouac d’urgence aussi efficace qu’une couverture de survie métallisée/rassurante/jamais utilisée, qui est à proscrire en cas d’orage/foudre ! Aussi, on peut y mettre le sac-à-dos en entier, ou s’en servir DANS le sac à dos pour tout protéger, ça fait cape de pluie (ou jupe de pluie !) et remplace momentanément un imper.

    1 (seule) veste polaire, moyenne épaisseur.
    (Pas de KWAY-sauna, ni Gore-Tex – fort intéressant mais plus lourd et plus cher) j’ai 1 veste de survêtement synthétique, traitée à l’imperméabilisant (assez déperlant) (et donc pas de 2ème polaire ou sweat).
    (mais je ne sous-estime pas les Pyrénées, ou l’Aubrac..coup de neige en été, déjà vu !) – la bonne vieille FEUILLE DE JOURNAL pour glisser dessous : très efficace contre le vent et le froid ! – leggins
    – 2 MANCHETTES (manches longues, blanches,en soie ou synthétique, (fab . maison) : 50g) qui complètent un tee-shirt – évitent les brûlures du soleil ou un coup de frais sans mettre une veste et même tomber le sac.
    – GUETRES ! (fab.maison), s’enfilent sans déchausser, et couvrent le dessus de la chaussure) en feuille plastique léger (ou sac poubelle), tenues par paire de lacets de secours ou ficelle). (pas de pantalons, chaussettes et chaussures mouillées !)
    – un carré de soie (blanche): multi-fonction (couvre-nuque sous casquette, tour de cou, masque facial en cas de vent froid)

    Aux chaussettes sport – retournées sur la chaussure font des stop-cailloux efficaces –
    je rajoute des socquettes fines, pur coton, noir (le synthétique m’a enflammé la plante du pied) que je porte en première épaisseur sur le pied nu : Jamais d’ampoules sur toutes mes rando (sauf causées par sandales de repos!) (+ économie de crème pour pieds !)

    (+ sugg. pour la « Pèlerine » : en sous-vêtement, un ensemble boxer/st-gorge noirs peut remplacer un maillot en cas de baignade opportune)

    Mon confort : ESPADRILLES toile coton/semelle (pas en corde!) en mousse légère rigide et légèrement cranté antidérapant, trouvé cette année chez « Interm-pour-ne-pas-les-nommer » – 5€ et surtout : 145g la paire/T38, – me permet le repos comme la balade en ville, ou le passage à un gué !…

    Poncho A MANCHES : pèlerine étanche extra légère, ouverture totale par fermeture éclair + velcros. J’insiste sur les Manches : pratiques pour tenir les bâtons et assure (par la coupe du vêtement qui tient plus au corps) moins de déperdition de chaleur que le poncho (sans manches) qui s’envole trop par grand vent.
    (C’est moins gracieux que la veste gore-tex, c’est sûr, mais ça évite un pantalon imper).

    Pour moi : pas de SUR-SAC : les bretelles se mouillent et ça coule quand même dans le dos ! toujours humides le lendemain de l’averse !

    Lunettes de soleil ? (rarement utilisées). Visière de casquette efficace. Et je porte aussi des lunettes de vue traitées anti-tout.

    Question sécurité : le Chemin est parfois du bitume (pas mal en France), et ça y roule !
    – 2 rectangles 30x20cm de tissu FLUO JAUNE (le produit n’existe pas en mag.sport. Le gilet de voiture entier est trop lourd, je l’ai un peu sacrifié !). Se fixent sur l’arrière du sac à dos et devant sur le tee-shirt (avec épingles de sûreté ; sur la pèlerine j’ai scotché une bande fluo pour être vue par temps de grosse pluie sur route : les automobilistes apprécient beaucoup !! et ma sécurité aussi…)

    2 bâtons télescopiques (avec ressort d’amorti intégré) : (pas d’effet mode, ça fait des années que je les utilise. Indispensables pour m’équilibrer, me « propulser », soulager hanches et dos, en montée et descente, et cadence plus rapide en plat, donc gain de temps/effort pour plus de km parcourus).
    Auparavant, je taillais mes cannes en bord de chemin (les rejets de noisetier sont solides, flexibles et légers, pas d’émotion si on les perd…). L’action d’1 seul bâton (un beau bourdon !) m’a provoqué un déséquilibre de bassin et une sciatique.

    Dans la trousse de toilette de Benoît, j’ajouterai
    (dans un petit sac plastique, en fait) :
    – morceau savon de marseille (corps/linge) à la place du shampooing/douche)
    – peigne de poche
    + pince à épiler
    + ½ rouleau de PQ (!!)
    + bouchons d’oreilles (ô silence de mes nuits en dortoir.. )
    + masque léger pour les yeux (fab.maison) (ô obscurité de mes……)
    + petite éponge (synthétique) (lave le corps, sèche presque le corps, en économisant la serviette…et sèche vite et sans odeur (contrairement au gant en tissu éponge). 

    Trousse de couture (et oui, déjà utilisée !)
    1 grosse aiguille (pour réparer vêtements ou sac à dos)
    + fil costaud standard,
    1 bouton (pantalon !)
    + nombreuses épingles de sûreté (à nourrice..) toutes tailles.
    + 5 m de ficelle fine et costaude (tout usage, tenir le poncho en formule abri, ou étendre le linge, lier ses guêtres..)

    Ne pas s’embarrasser d’épingles à linge : je taille des bouts de branches grands comme un doigt et les fend à demi ! Impec). Au pire, j’utilise mes épingles de sûreté..

    Popotte : (Et TOUT rentre dans… le quart) :
    1 quart alu 30cl (à poignée escamotable)
    1 petite boite métallique (authentique Pastilles Valda) comme fourneau !
    1 dose d’alcool gel (ou 4 pastilles d’alcool solide)
    2 petites feuilles d’alu (servent de couvercles ou modérateur de feu, assiette)
    1 petite cuillère à café (fourchette inutile)
    1 mini-briquet

    1 couteau (dans sa gaine, à la ceinture, avec un sifflet plastique….et une mini bombe au poivre (jamais utilisée, mais quelle sérénité sur mon chemin solitaire !)

    Nourriture (chaude !) de secours: (assure un repas manqué)
    4 sachets de thé
    4 sucres
    1 purée en sachet
    50 g de semoule de blé
    4 cubes de bouillons bœuf
    10 g de sel fin.

    Pour boire sans décharger et porter léger :
    – 2 bouteilles plastiques solides (type eau gazeuse) de 500ml
    dont un bouchon perforé pour « juste » le passage en force de
    – 60 cm de petit tuyau cristal(pour aquarium, plus fin que D4 et pas cher) et son bouchon de bâtonnet de bois. (je les case de chaque côté du sac-à-dos, en poche extérieure)
    (Sauf exception, on peut ne pas trop se charger, (1l pour moi, et je bois facilement 3L/jour), l’eau est facilement réapprovisionnée. ATTENTION les CIMETIERES français commencent à utiliser de L EAU RECYCLEE NON POTABLE)

    Pas adepte de la BANANE ventrale extérieure (trop ostensible, devient vite foure-tout surgonflé, j’ai confectionné
    – une SACOCHE VENTRALE plate (portée à même la peau, sous les vêtements)en toile coton/synthét/foncée, à fermeture éclair)
    mes documents sont sous sachets plastiques. Ma crédenciale apprécie..
    J’ajouterai à la liste de Benoît :
    – CARTE VITALE EUROPEENNE (pour l’Espagne !)
    – assurance respons.civile
    – personne/tél à prévenir en cas..
    -1 petit crayon de secours (mon stylo-bille a coulé !!)
    – 3 ou 4 billets d’euros (60 euros maxi, ça suffit) et quelques chèques (non signés !) 
    – ordonnance médicale en cours et renouvelable, et groupe sanguin, allergies connues, etc..
    et éventuellement
    – billet de transport retour
    ou
    – clé de la voiture (à un lien attaché par une épingle de sûreté !!…( c’est tellement agréable de retrouver sa voiture…et sa clé !)
    et donc :- carte grise et permis de conduire (Ne soyons pas tenté de les laisser dans la voiture !).

    J’ai casé mon petit appareil photo et mon tél.portable, séparément, dans leur mini-sacoche à velcro, sur chaque bretelle d’épaule de mon sac-à-dos. C’est pratique à manipuler et d’accès immédiat.
    – Un chargeur électrique unique (chance !) pour les 2 appareils mais chacun a son câble USB qui se branche sur le chargeur polyvalent)

    Bon, un peu long…mais on a tant à dire, de ce chemin..
    Bonne marche à tous. Et que tout le monde lâche ses idées : on est tous preneurs !

    Bien amicalement à vous, frères Jacquets !
    Oiléän

  2. Oups !
    Je me cite : « mon sac à dos est toujours plus épuré (vu mon âge avançant, et mon poids): 6.5 kg maintenant, (sac+eau+nourriture du jour) ».

    Vous avez bien sûr compris que c’est le poids de mon sac…6.5kg.
    J’ai bien maigri en marchant, mais quand même..
    :)
    Oiléän

  3. Bonjour jaillardon, je suis rentrée du Camino Francés. Trop bien/Trop court ! J’ai tout apprécié (surtout le temps magnifique en fin aout/septembre !). Ce Camino est tellement bien balisé qu’on ne peut jamais se perdre ! (évite les lourds bouquins/cartes).
    Si tu veux des renseignements frais ou des coups de coeur (sur Roncevaux/Viana) je peux t’aider peut-être.
    J’ai abandonné l’idée du duvet (chez D4.650g/5° au mieux)), au profit d’une petite couverture polaire retaillée. 370g, suffisant (en aout/septembre) pour toutes les albergues (qui ne fournissent JAMAIS de couverture, et exigent TOUJOURS un sac à viande).
    J’ai utilisé TOUT ce que j’ai mis dans mon sac (sauf les guêtres : il n’a pas plu !). Et j’ai pu cuisiner pour éviter le menu du pèlerin(répétitif) ou les gros sandwichs espagnols, pas équilibré et coûteux à force. Ma préparation d’une liste d’auberges (tout les 5 kms si possible) m’a été d’une grande utilité parce que j’ai pu changer d’étape à loisir. Jamais réservé. Pas de topo lourd emporté mais 4 feuillets (glissés dans la poche et pas placardés en sautoir) très détaillés avec profil du chemin, refuges, prix, kms, commerces,tel,Dr,phie,…etc..A votre disposition (Roncevaux/Burgos).
    Bonne préparation !

    1. Bonjour
      J’envisage de commencer le chemin en mai.
      Est ce que vous accepteriez de me transmettre votre liste d’auberges ou me dire quel guide vous à inspiré pour cette liste
      Merci

Laisser un commentaire