Les étapes dur le chemin de St Jacques de Compostelle

La longueur des étapes

C’est une bonne question qu’il est essentiel de se poser avant même de commencer à cheminer.

Les étapes dur le chemin de St Jacques de Compostelle

Dans la plupart des guides consacrés au chemin de St-Jacques de Compostelle, on trouve des découpages proposant des étapes plus ou moins standardisées. Pour la plupart des éditeurs, c’est un mal nécessaire pour rassurer leurs lecteurs… sinon, leurs guides ne se vendraient pas.

C’est pourtant une hérésie qui fait fit de tout un tas de paramètres qu’il faut prendre en compte, lorsque l’on prépare son propre chemin.

En effet, ces découpages ne prennent jamais en compte :

  • L’âge ou la condition physique : on ne chemine pas de la même façon à 20 ou 75 ans.
  • La période ou la météo : Marcher par 20° et un soleil radieux c’est complètement différent que marcher en plein hiver ou en plein été. Marcher sous la pluie avec un vent de face rend la progression plus fatiguante
  • L’expérience ou l’inexpérience : un sportif aguerrit ou un marcheurs entrainé, pourra avaler bien plus de kilomètres qu’un amateur ou un novice.
  • La configuration du terrain : le dénivelé négatif ou positif (voir même cumulé) est rarement pris en compte. C’est pourtant une donnée essentielle. En milieu accidenté, il vaudra mieux poter pour de courtes distances, qui seront largement compensées pas les étapes en plaines

Ce sont des lieux communs, qui relèvent du bon sens mais qu’il convient de garder à l’esprit dans sa préparation personnelle.

Mais alors quelle longueur pour mon étape du jour ?

Il n’y a pas de réponse générique, tout au plus, pourra t’on donner quelques petits conseils :

  • Si vous êtes débutant ou que vous n’avez pas d’entrainement, partez sur des étapes courtes, 10 à 15 kms pendant les premiers jours. Progressivement, vous pourrez alors augmenter vos distances pour arriver à 20 à 25 km/jour (voir même plus)
  • Veillez à avoir le sac à dos le plus léger possible. Le poids est le principal ennemi du marcheur.
  • S’il fait très chaud ou au contraire très mauvais, n’hésitez-pas à lever un peu le pied.

Faites des étapes qui vous ressemblent.
Écoutez votre corps !

Un article proposé par Benoit

Hébergeur depuis plus de 10 ans sur la voie du Puy, randonneur et passionné de nouvelles technologie

Comments:0

Laisser un commentaire